Bibliothèque numérique patrimoniale
SID Université Grenoble Alpes - Grenoble INP

Recherche approfondie

Accueil > Articles archivés > Numérisons contre l’oubli

Numérisons contre l’oubli

 "L’oubli est le vrai linceul des morts." George Sand

L’année 2014 a vu de nombreuses commémorations de la Première Guerre mondiale. L’Anneau de mémoire, inauguré le 11 novembre dernier, en est un symbole fort : 580.000 noms de soldats réunis sur une liste alphabétique commune illustrant la mort de masse, même si dans son discours François Hollande a davantage présenté 3 noms : un Français, Marcel Garrigues, serrurier, marié et père de trois enfants, un Allemand, Karl Schrag, 22 ans, fils de ramoneur, et un Britannique, le poète déjà célèbre, Wilfred Owen.

La bibliothèque universitaire participe à cette célébration de la mémoire des poilus avec des documents numérisés portant sur l’implication grenobloise dans ce drame.

Juste après la guerre, la proximité des combats mêlait la notion de mémoire à la notion de deuil. L’hommage ne pouvait être anonyme. Les disparus étaient réunis dans la mémoire collective au nom d’un groupe social (un village, une institution) qui les recensait pour les honorer. C’est ainsi qu’en 1920 et 1921, les Facultés de Lettres et de Droit de Grenoble ont érigé des plaques de marbre en mémoire de leurs professeurs et étudiants.

Découvrez les discours prononcés à l’occasion de leur inauguration. Les orateurs y soulignent la perte de toute une génération, perte d’autant plus vive pour l’université dauphinoise qu’elle avait contribué à former ces jeunes gens sacrifiés. On y lit aussi la célébration des vertus martiales, le courage et la vaillance des disparus dont l’honneur rejaillit sur l’université toute entière. Il s’agit également d’associer les familles dans cet hommage et de leur apporter le soutien de la société pour atténuer leur chagrin.

Au fil des documents numérisés ici, mémoire communautaire et mémoire privée se rejoignent donc parfois.

La bibliothèque universitaire conserve dans ses collections plusieurs notices nécrologiques, dans lesquelles les soldats retrouvent un visage, une identité, un caractère au travers d’anecdotes ; leur parole est restituée grâce à des extraits de lettres du front. Parmi ces destins esquissés, celui de Georges Morillot, né à Grenoble en 1888.

Paul Morillot, professeur à la Faculté des Lettres de Grenoble,  à ce titre orateur lors de l’inauguration mentionnée ci-dessus, retrace ainsi la courte vie de ce jeune soldat-normalien, son neveu. Il évoque ses études commencées au Lycée de Grenoble, puis poursuivies brillamment à Lakanal et Louis Le Grand ; son parcours à l’Ecole normale de la rue d’Ulm, qui paya un lourd tribut à la guerre. Georges Morillot est d’abord attiré par l’histoire, puis opte pour l’allemand, sans doute pour connaitre une autre culture. Il séjourne dans sept villes allemandes, souvent chez l’habitant, avant de découvrir Vienne et Budapest. En 1913, il réussit le concours d’agrégation mais, avant de pouvoir enseigner, il doit achever le service militaire de 2 ans auquel sont soumis tous les normaliens depuis 1905. Il est mobilisé début août 1914 et meurt le 11 décembre sur le front lorrain. Sa dernière volonté exprimée dans une lettre reçue du front après sa mort : « Je mourrai content si c’est un soir de victoire !. . . Laissez-moi dormir où le hasard des batailles m'aura mis, à côté de tous ceux qui comme moi seront morts pour la France: j'y dormirai bien » ...

 

 

Pour accéder aux documents numérisés :

Inauguration du monument élevé à la mémoire des professeurs, étudiants et anciens étudiants de la Faculté de Lettres morts pour la France (1914-1918), 19 juin 1920

Inauguration du monument élevé à la mémoire des professeurs, étudiants et anciens étudiants de la Faculté de Droit et de l'Institut d'Enseignement commercial morts pour la France (1914-1918), 19 novembre 1921

Notice nécrologique de Georges Morillot / Paul Morillot

Notice nécrologique de Jules Pascal / Charles Navarre

Notice nécrologique de Jean de Molaing / Mgr Charles Bellet

 

Et pour aller plus loin : 

Site internet de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale

«Rendez-vous au monument aux morts» documentaire écrit par Jacquie Chavance et réalisé par Marie Mora Chevais, produit par le CNRS